MCChappuis1 r13               

MCChappuis3 r10

Marie-Claude Chappuis

La mezzo-soprano Marie-Claude Chappuis a étudié au Conservatoire de Fribourg et au Mozarteum de Salzburg où elle a obtenu le prix d’excellence pour sa virtuosité.

Après ses débuts à l’opéra d’Innsbruck sous la direction de Brigitte Fassbaender, elle chante sur les plus prestigieuses scènes du monde dont la Staatsoper de Berlin, le Festival de Salzbourg, le Grand Théâtre de Genève, le Festival d’Aix en Provence, l’Opernhaus de Zürich, le Lincoln Center de New York ainsi qu’à Hongkong, Tokyo, Shangai et Séoul.

Sous la direction de Riccardo Muti, Giovanni Antonini, René Jacobs, Riccardo Chailly, Sir Roger Norrington et Ton Koopman, elle interprète le répertoire baroque, classique, romantique et contemporain.

A l’opéra, elle compte près de 50 rôles à son répertoire, dont Sesto, Carmen, Ramiro, Charlotte, Ottavia et Marguerite (Berlioz).

Nikolaus Harnoncourt l’a choisie pour interpréter Idamante dans l’Idoméneo qu’il a mis en scène et dirigé à Graz et à Zürich.

On a pu l’entendre récemmement à la Scala de Milan pour Fierrabras de Schubert, au Theater an der Wien pour Guillaume Tell de Rossini, à la Staatsoper de Berlin et au Teatro Real de Madrid pour le rôle de Didon dans Didon et Enée de Purcell qu’elle interprète aussi au Royal Festival Hall de Londres avec le London Philharmonic Orchestra.

Elle chantera prochainement la neuvième symphonie de Beethoven avec Zubin Mehta au Maggio Musicale Fiorentino, la Messe en si de Bach à la Phiharmonie de Berlin avec René Jacobs ainsi que le Requiem de Mozart à la Phiharmonie de Berlin sous la direction de Sir Roger Norrington.

Elle a participé à de nombreux enregistrements, dont «Sous l’empire d’Amour» avec Luca Pianca, la Passion selon Saint Matthieu de Bach avec Riccardo Chailly, le Requiem et La Clémence de Titus de Mozart avec René Jacobs (pour lequel elle obtient 2 nominations au Grammy Awards) et «Au cœur des Alpes» (chants populaires suisses) paru chez Sony Classical.

ThierryBesancon5

Basile Ausländer

Basile Ausländer naît en 1996 à Lausanne. Il commence le violoncelle à l'âge de 5 ans dans la classe de Denis Guy au Conservatoire de Lausanne.

Dès l’âge de sept ans, Basile commence la musique de chambre et l’orchestre. C’est en 2006 que le jeune violoncelliste prend part pour la première fois au Concours Suisse de Musique pour la Jeunesse où il gagnera plusieurs premiers prix avec félicitations tant en solo qu’en musique de chambre. À l’âge de14 ans, il jouera pour la première fois en tant que soliste avec l'Orchestre des Jeunes du Conservatoire de Lausanne sous la direction d'Hervé Klopfenstein, et plus tard avec l'Orchestre des Jeunes de Suisse Romande sous la direction de Théophanis Kapsopoulos puis avec le Quatuor Sine Nomine.

En 2011, Basile Ausländer intègre la classe de violoncelle de François Salque à la Haute Ecole de Musique de Lausanne (aussi professeur au CNSM de Paris), d'abord en section pré-professionnelle puis, une année plus tard, en Bachelor. En 2015, il obtient la note maximum à son récital de Bachelor ainsi que pour son mémoire. La même année il entre en Master de soliste. Grâce à François Salque et à la Haute Ecole, il participe à de nombreux évènements en Suisse Romande, en France ou à Singapour, en solo ou en petite formation. En juin 2017, Basile Ausländer obtient son Master Soliste avec la note la plus élevée. Il reçoit aussi le Prix Max D. Jost pour le meilleur récital solo lors des épreuves avec orchestre. Dès août 2017, Basile Ausländer se perfectionne dans la classe de violoncelle de Marko Ylönen à l'Académie Sibelius d'Helsinki. Il participe à plusieurs masterclasses avec des maîtres tels que Ivan Monighetti, Gary Hoffman, Philippe Müller, Marc Coppey, Jérôme Pernoo, Boris Andrianov et d'autres encore.

Depuis, il collabore en tant que remplaçant dans plusieurs orchestres tels qu’avec l'Orchestre de Chambre de Lausanne (OCL), l’Orchestre de la Radio Finlandaise (FRSO), l’Orchestre Philharmonique d’Helsinki (HKO), ainsi qu'avec l’orchestre MusicAeterna. Basile Ausländer est en parallèle membre de la CameratAmoyal, dirigé par Pierre Amoyal, et de l’ensemble crossover New Baroque Ensemble dirigé par Thomas Dobler.

En septembre 2019, Basile Ausländer a participé au prestigieux concours de l’ARD à Munich.

EstelleRevaz2 r10

Estelle Revaz

«Estelle Revaz est une musicienne sincère et profonde dotée d’une grande curiosité musicale.» — Gautier Capuçon

«Estelle Revaz, une artiste éclairée, vivante et engagée. A découvrir sans délai!» — Laurent Graulus, RTBF

Estelle Revaz joue régulièrement dans de nombreux pays d’Europe, d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du Sud. Elle est l'invitée de festivals de renom tels que le Verbier Festival, le Gstaad Menuhin Festival, le Sion Festival, le Festival International de Colmar ou le Festival Pablo Casals avec des partenaires musicaux tels que Gautier Capuçon, Johannes Moser, François Killian, Cédric Pescia, Finghin Collins, François Dumont, Pavel Vernikov, Sergey Ostrovsky, Lena Neudauer ou le Quatuor Sine Nomine.

Ses prestations avec orchestre couvrent un large répertoire allant des concertos de C. P. E. Bach aux concertos de F. Gulda ou G. Ligeti. A partir de la saison 2017-2018 et pour une durée de 3 ans, Estelle Revaz est «Artiste en résidence» à L’Orchestre de Chambre de Genève sous la direction d’Arie van Beek. La critique a accueilli avec enthousiasme son premier disque CANTIQUE (NEOS 2015), où elle est la soliste des concertos d’E. Bloch (Schelomo) et de A. Pflüger (Pitture-Création). Le Temps parle alors d’«un disque grave, incisif et exigeant où l’orchestre et la soliste jouent avec finesse et intelligence». Son disque pour violoncelle seul Bach & Friends (Solo Musica/Sony 2017) a également été accueilli avec ferveur par la presse spécialisée. Pizzicato écrit : «Le son est d’une parfaite pureté, les phrasés sont extrêmement clairs et les dynamiques sont exceptionnellement raffinées» alors que Musik und Theater parle d’«un des meilleurs concepts violoncellistiques du moment».

Estelle Revaz s’est produite sur les ondes de Radio France, de la RTBF, de la Deutschlandfunk, de la WDR3 ainsi qu’à la Radio Télévision Suisse.

Après des débuts en Suisse, elle s’est formée en France au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Paris (Jérôme Pernoo) ainsi qu’en Allemagne à la Hochschule für Musik und Tanz Köln (Maria Kliegel).

Depuis 2015, elle est membre du «Forum des 100» qui regroupe les personnalités qui font l’avenir de la Suisse. Depuis 2017, Estelle Revaz est professeur de violoncelle et de musique de chambre à la Haute Ecole de Musique Kalaidos à Zürich (CH).

Estelle Revaz joue actuellement un violoncelle de G. Grancino (1679) et un archet de J. Eury (1825) mis généreusement à sa disposition par des mécènes suisses.

ThierryBesancon5

Thierry Besançon

A la question: «de quel instrument jouez-vous?», Thierry Besançon s’amuse à répondre: «je joue de l’orchestre».

De prime abord, cela peut sembler curieux mais en y réfléchissant, seul l’orchestre lui offre la possibilité de traduire les couleurs surabondantes et les images abracadabrantes qui lui traversent l’esprit!

Passionné par la musique de films, domaine qui guidera d’ailleurs toute sa carrière, il s’oriente dès son plus jeune âge vers la composition. C’est à l’écoute des grands maîtres Hollywoodiens (Danny Elfman, Elmer Bernstein, Elliot Goldenthal) qu’il apprend le métier.

Avec les années, son catalogue démontre clairement son intérêt pour le Fantastique. Citons l’oratorio profane Le Prince des Ténèbres, la comédie musicale Mécamorphose, le conte musical Le coq la mouche et l’autour, la grande aria sabbatique Strigoaicaria (créée le soir d’Halloween au Carnegie Hall de New York) et l’opéra pour enfants Les Zoocrates, créé en 2017 à l’Opéra de Lausanne.

Orchestrée de manière fine et maîtrisée, son écriture impressionne souvent par sa structure narrative et son ambiance. Comme une histoire racontée en musique, son langage musical dégage en même temps des émotions fortes et un univers cinématographique très présent.

Pour le cinéma, Thierry Besançon signe plusieurs bandes originales, dont Loups (prix du meilleur court-métrage suisse 2003), Coupé Court (sélectionné au Festival de Locarno en 2006), Playmobils (2008) et Le Lac Noir (Prix Gérardmer 2012).

Thierry Besançon mène parallèlement une carrière de chef d’orchestre. Il dirige à plusieurs reprises le Sinfonietta de Lausanne lors des enregistrements de ses musiques de films ainsi que l’Ensemble Symphonique de Neuchâtel lors
d’un concert avec la chanteuse Olivia Pedroli (2011). Il est, depuis 2014, le directeur artistique de l’Orchestre symphonique Bande-Son, ensemble uniquement voué à l’exécution des trésors musicaux du 7ème art. Il est invité régulièrement à diriger d’autres formations telles que le Sinfonietta de Genève (Le livre de la jungle, Le voyage dans la Lune) et l’Orchestre Symphonique Genevois (La Symphonie du Nouveau Monde).